L’Algérie accuse le Maroc de vouloir l’espionner avec un satellite de fabrication française

Un contrat dans ce sens aurait été paraphé en secret lors de la visite d’Etat de François Hollande au Maroc en avril passé. Les FAR aurait passé commande à la firme électronicienne et missiliste française, Thales, d’un satellite militaire, utilisant les dernières générations de senseurs de télédétection spatiale. Ce satellite, selon le quotidien algérien proche du pouvoir, El-Khabar, aurait une surcapacité de surveillance et serait capable de livrer des clichés d’une nette précision de haute définition atteignant les 0.5 mètre. Le journal algérien, a exprimé la plainte de l’Algérie de voir le Maroc, toujours favorisé par les occidentaux, qui n’hésitent, selon le journal, à lui livré les technologies militaires les plus pointues, lui garantissant ainsi, le monopole de la qualité en terme d’équipement militaire dans la région, alors que, poursuit le journal, l’Algérie reste privée de ces classes d’armement. El-Khabar a accusé le Maroc de vouloir espionner l’Algérie avec son satellite français et a indiqué que cette ‘prétendue’ transaction, renforce encore plus, le global, l’ininterrompu et le multisectoriel, axe Rabat – Paris. A noter que l’industriel français Thales, qui possède une filiale au Maroc, est fournisseur du royaume, de plusieurs équipements militaires, comme les missiles de défense aérienne MICA pour les mirages F1 MVI des FRA, upgradés par le consortium ASTRAC, les missile surface – air MICA VL qui équipent les 3 FMMM et équiperont la futur FREMM de la marine royale. Ses 4 navires seront également équipés de radars et de système tactique de gestion de combat conçus par le même industriel français Thales.