La ville de Tamansourt : une gigantesque ruche

Une ville entière sort des entrailles de la terre à vue d’œil, chaque jour, et ne cesse de grossir aux portes mêmes de Marrakech. C’est Tamansourt.

L’histoire des villes s’écrit souvent au fil des décennies, voire des siècles. Elle se façonne au gré des poussées humaines et des projets fondateurs. Ici, à Tamansourt, l’histoire tient de l’instantané jour après jour, la ville sort de terre, pratiquement à vue d’oeil, et sa genèse se construit à chaque nouvelle brique, chaque bloc de maisons nouvellement édifié, chaque lot de terrain fraîchement viabilisé. La ville, l’agglomération, en fait a été pensée, voulue et baptisée par SM le Roi Mohammed VI qui en a donné le coup d’envoi le 21 décembre 2004. Un chantier herculéen comme le Royaume n’en a pas connu depuis l’indépendance car, ici, l’ampleur de l’aventure est hors normes. Un seul premier chiffre donne le vertige : 24,5 milliards de Dhs. Il correspond au montant d’investissement global mobilisé pour la réalisation du programme.

Un cadre de vie agréable face à l’Atlas

Les deux données chiffrées les plus édifiantes à citer ensuite, renseignent sur les dimensions topographique et humaine, la nouvelle ville est en cours de construction sur une superficie de 1.200 ha et une population prévisionnelle de plus de 300.000 habitants y vivra bientôt.

C’est à 7 km seulement de Marrakech que Tamansourt est en train de pousser et de grossir au fil des saisons. Le voyageur arrivant par l’axe de Casablanca peut en entrevoir, de loin, les structures d’habitations ocres qui se dessinent lentement mais sûrement, sous l’action d’une fourmilière de grues géantes qu’on a parfois du mal à compter. Ville satellite ? Oui, certainement. Cité dortoir ? Surtout pas ! L’esprit de Tamansourt, tel qu’il a été défini par le Souverain, tient dans cette idée toute simple mais tellement grande: donner à des milliers de Marocains la possibilité d’investir dans un espace de vie agréable, fonctionnel, harmonieux et accessible. Qui plus est, dans un environnement géographique des plus prisés aujourd’hui dans le Royaume, en l’occurrence Marrakech et ses somptueuses perspectives sur lAtlas. Techniquement, le méga programme Tamansourt s’inscrit dans le contexte   bien plus large  de mise à niveau de toute la région du Tensift; une mise à niveau qui, dès le début de l’actuelle décennie, a rendu nécessaire la création d’un pôle d’habitat et de services allant dans le sens des grands projets structurants du Maroc. La nouvelle cité a donc été conçue et programmée dans des objectifs bien précis : désengorger la ville de Marrakech, polariser l’urbanisation des zones d’expansion qui lui sont périphériques, créer une activité économique, imbriquer plusieurs types d’habitat et d’équipements. En somme, développer une ville complètement neuve et harmonieuse pour ses habitants.

Si Tamansourt est un programme piloté par Al Omrane, c’est aussi une ville qui est réalisée en partenariat avec le secteur privé. Sur les 1.200 ha du site, environ 170 ha seront en effet mis à la disposition de promoteurs privés, nationaux ou étrangers. Une affectation foncière censée permettre la réalisation de près de 26.800 logements. Comme on peut s’en douter, l’habitat n’est évidemment pas la seule composante du programme, loin s’en faut. Une ville digne de ce nom est surtout un espace éco¬ nomique et social où se generent continuellement des flux de services divers. Voilà pourquoi, dès le départ, les concepteurs de la cité ont imaginé sept zones d’activités économiques et d’artisanat, génératrices d’emplois et donc sources de revenus, qui devraient permettre de fixer les populations locales sur place et, ce faisant, renforcer l’attractivité de cette ville agglomération.

L’autre composante   et la première par définition   est bien sûr l’habitat. Là dessus, la diversité des produits d’habitat programmés à Tamansourt a été structurée de telle façon qu’elle touche les différentes couches de la population d’acquéreurs: lots, logements, villas économiques, îlots de partenariat, programme Dar Lakbira (petite promotion immobilière), etc. Déjà, à fin décembre 2007, Al Omrane engrangeait une forte demande pour ces différents produits puisque 9.996 unités ont été commercialisées. Globalement, l’opérateur annonçait, à la même date, gérer quelque 38 programmes dans la ville, totalisant 30.313 produits immobiliers, différemment répartis 21.147 lots de terrain, 7.028 appartements sociaux (dont 4.360 réalisés dans le cadre du partenariat avec le privé), 2.138 villas économiques et 9 structures socio économiques (quatre agences bancaires, une école, un collège, un complexe artisanal et un centre commercial), pour une valeur immobilière totale de 4,22 milliards de DH. En ce qui les concerne spécifiquement, les promoteurs privés associés au programme sont en train de réaliser 4.360 logement économique dans le cadre du partenariat pour la promotion de l’habitat social.