Comment fait Google pour prendre le pouvoir ?

Alors qu’Internet est devenu un phénomène grand public depuis maintenant vingt ans, personne ne peut refuter le fait que les dix dernières années ont été placées sous le houlette de Google. Au début de la décennie, Google (gogole) n’était qu’un algorithme de recherche astucieux soutenu par quelques investisseurs prudents. Il lui manquait un PDG, une image de marque et un moyen de gagner de l’argent. Aujourd’hui, c’est un verbe, un empire technologique et une entreprise cotée en bourse dont la capitalisation approche les 200 milliards de dollars et qui dispose d’un trésor de guerre de 20 milliards.

Mais la preuve la plus éclatante de l’impact gigantesque de Google sur notre vie quotidienne apparaît lorsque l’on commence à recenser les sociétés qui n’avaient jamais accordé la moindre attention à ce nouveau venu et qui le considèrent aujourd’hui comme une menace mortelle. Depuis des années, Larry Page et Sergey Brin semblent passer leur temps à se demander quel nouveau secteur ils vont envahir et bouleverser, ou quelles entreprises et quels modèles économiques ils vont déstabiliser ou faire péricliter.

Google, un danger mortel pour les médias

Au départ simple programme de recherche et de classement de l’information, Google est devenu un danger mortel pour les médias, l’industrie du spectacle, les télécommunications, la publicité classique… ou l’extraction du charbon ! Aujourd’hui, lorsque les conseils d’administration des grandes entreprises regardent vers l’avenir, c’est pour se demander «Quand Google va-t-il essayer de nous tuer ?» Entreprise après entreprise, secteur après secteur, la croissance de Google se mesure au nombre de rivaux disparus, agonisants ou tout juste en mesure de garder la tête hors de l’eau. Petit inventaire du grand massacre.

En l’an 2000, les idées communément admises à propos des moteurs de recherche étaient très différentes de ce qu’elles sont aujourd’hui. Des entreprises comme Yahoo, Lycos, Altavista, GoTo et Excite étaient persuadées que le seul moyen de g… Lire la suite sur Slate.fr