Vaccin grippe A-H1/N1 : premier cas d’effet secondaire

de | 13 novembre 2009

Ce cas « probable »de syndrome Guillain-Barré, une maladie rare du système nerveux périphérique, a été signalé par le ministère de la Santé alors que la campagne de vaccination contre la grippe A commence dans un climat de défiance.

vaccinH1N1

La vaccination contre la grippe H1N1 pour le grand public, gratuite et non obligatoire, a commencé ce jeudi dans 1 060 centres de vaccination spécialement mis en place dans toute la France, avec une faible affluence et dans un climat de méfiance vis à vis du vaccin.

Au soir de ce premier jour de vaccination, le ministère de la Santé a annnoncé qu’un cas « probable » de syndrome Guillain-Barré, une maladie rare du système nerveux périphérique, avait été signalé mardi après vaccination. Selon le ministère, « il s’agit d’une forme modérée et uniquement sensitive, qui a évolué favorablement ».

Au total, quelque six millions de personnes – l’entourage des nourrissons, les personnels de santé, les personnes à risque de faire des complications – devraient avoir reçu les bons de vaccination leur permettant d’aller se faire vacciner dès ce jeudi.

A Strasbourg « des gens attendaient devant la porte » avant l’ouverture du gymnase Tivoli, selon le Dr Pascale Fritsch, médecin inspecteur de santé publique à la Drass. A Besançon, « ça n’était pas l’affluence mais ça n’a pas arrêté », selon la préfecture.

A la maison départementale de la solidarité (MDS), dans le quartier de l’Estaque à Marseille, personne ne s’était présenté le matin. « Une phase de rodage est à attendre », a relevé le médecin Jacques Collomb, directeur de la Protection maternelle et infantile.

A Lille, le principal centre est resté désert jeudi matin. « Il y a eu toute l’info sur la logistique et le bien-fondé de la vaccination mais aussi les responsables qui disent qu’ils ne se feront pas vacciner ou qu’ils doutent », a expliqué Jean-Claude Stellamans, responsable du centre. La préfecture a reconnu à la mi-journée que la fréquentation des 51 centres du département était « assez réduite ».

Source lexpress.fr